Ma garde-robe de grossesse

Quelques jours avant mon terme, je souhaitais revenir sur les vêtements que j’ai portés tout au long de ma grossesse, ceux qui faisaient déjà partie de ma garde-robe cousue main et qui se sont bien adaptés à mes nouvelles formes, et les quelques-uns que j’ai dû réaliser spécialement pour accueillir mon ventre qui s’arrondissait.

Tout d’abord, il faut savoir que j’ai limité au maximum la couture de vêtements spécialement pour la grossesse car j’avais envie de pouvoir les reporter après l’accouchement avec peu ou pas de modifications. J’ai donc composé dans un premier temps avec ce que j’avais déjà dans mon dressing cousu main et qui s’est adapté sur une période plus ou moins longue de ma grossesse. Il a tout de même fallu se rendre à l’évidence qu’au fil du temps certains de mes hauts sont devenus de plus en plus courts ou trop cintrés et je me suis donc adaptée à ces nouvelles évolutions.

Je n’ai malheureusement que peu de photos de tous ces vêtements portés mais j’espère que mes retours dans cet article vous seront tout de même utiles. Enfin, si vous êtes vous-mêmes enceintes, n’hésitez pas à indiquer en commentaire les modèles que vous avez aimés porter durant votre grossesse !

Histoire de tailles

Nous sommes bien sûr toutes différentes dans l’évolution de notre corps au fil de la grossesse, ce que je partage dans cet article est donc entièrement subjectif et ne concerne que mon expérience personnelle. De mon côté, les kilos se sont concentrés essentiellement dans mon ventre qui s’est rapidement arrondi mais j’ai pris assez peu de poitrine (+2 cm en tour de poitrine) et je n’ai pas l’impression que mes bras ou mes hanches et jambes n’aient pris tant de volume que cela. J’ai donc continué à coudre des vêtements compris entre une taille 38 et 40 pour la poitrine et à grader jusqu’au 42 pour la taille, comme c’était le cas avant grossesse.

Pour comprendre les changements de morphologie au mieux, j’ai également acheté le cours Artesane « Je crée les patrons de ma garde-robe de grossesse » que j’ai visionné dès le début de ma grossesse. Le cours est vraiment orienté sur la création de patrons à partir d’un buste de base et donne ensuite des exemples concrets de modèles à patronner soi-même comme une blouse et une robe taille empire avec un évasement ou un pli creux, une robe cache-coeur en jersey et l’adaptation de la ceinture d’un pantalon avec un bandeau en jersey.

Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce cours est la manière dont Christine Charles détaille comment le corps peut évoluer et les adaptations que cela va engendrer. Ainsi, il ne s’agira pas de coudre tous ses vêtements une ou deux tailles au-dessus mais de modifier de quelques centimètres l’aisance de la poitrine ou une emmanchure, d’éliminer ou d’agrandir une pince, etc. Et si finalement je n’ai patronné aucun vêtement spécialement pour la grossesse, j’ai trouvé cela vraiment intéressant de comprendre la finesse de ces aspects pour mieux appréhender la coupe d’un patron.

Un legging adapté pour la grossesse

Le seul vêtement que je me suis amusée à modifier a été un legging de yoga. Je suis partie du modèle de Charlotte Jaubert du cours sur la tenue de fitness et j’ai modifié la ceinture large en adaptant les conseils donnés par Christine Charles. J’ai ainsi augmenté la hauteur avant de la ceinture de 4 cm pour bien englober le ventre (tout en conservant la hauteur dos initiale de la ceinture) puis j’ai augmenté la largeur du haut de la ceinture de 4 cm (correspondant à peu près à la ligne de taille) et la largeur du bas de la ceinture de 2 cm (correspondant environ à la ligne de petites hanches). Sur mon schéma, on peut voir ces petites modifications lorsque la pièce est positionnée sur le pli du tissu, c’est pour cela que les mesures de largeur sont divisées par deux.

J’ai réalisé ces modifications un peu à tâtons mais, avec l’élasticité du jersey, le rendu était très satisfaisant. J’ai porté mon legging jusqu’au 7ème mois de grossesse sans soucis puis, par la suite, j’ai simplement replié la ceinture large sous mon ventre pour être plus à l’aise. J’ai d’ailleurs cousu une seconde version modifiée de mon legging pour m’accompagner dans les semaines de post-partum à venir.

Les mailles et les vêtements seconde peau

Les bodys

Le body est sûrement l’un des vêtements que j’ai préféré porté tout au long de ma grossesse. Vêtement seconde peau par excellence, j’avais l’impression d’être véritablement enveloppée dans mes bodys que j’ai portés autant comme sous-vêtement que comme haut sous un gros gilet. L’avantage principal du body c’est que l’on ne risque pas de se découvrir le bas du dos ou le ventre malgré les mouvements et que l’on reste bien au chaud quoiqu’il arrive, sans devoir réajuster constamment son t-shirt. Il s’agissait tous de bodys cousus bien avant ma grossesse mais ceux qui se sont adaptés le mieux à mon nouveau corps sont des bodys cousus dans des matières très extensibles dans la hauteur.

Ainsi, j’ai porté mes deux bodys Ivonic de Marie Poisson cousus l’année dernière dans des jerseys de tencel et le modèle Agnès du livre Homewear de Slow Sunday Paris cousu dans une maille côtelée. Les deux premiers ont été portés jusqu’au 7ème mois de grossesse comme sous-vêtement, notamment sous des chemises ou des blouses. Quant au body Agnès, je le porte encore en fin de grossesse, même s’il est de plus en plus tendu en hauteur.

Le débardeur Givre de Deer and Doe

Le modèle Givre est le seul patron spécial grossesse que j’ai cousu. Déclinable en débardeur ou en t-shirt et adaptable en longueur robe, ce modèle de Deer and Doe est un joli basique que l’on peut facilement décliner dans de multiples versions. Il se décline en deux gammes de taille de grossesse : 3-6 mois et 6-9 mois, afin de s’adapter au mieux à l’évolution du corps.

J’ai donc cousu deux versions débardeur en 6-9 mois que j’ai principalement utilisés comme sous-vêtement, à glisser sous des pulls ou des blouses. Le système de fronces sur les côtés de la pièce devant ainsi que l’arrondi de l’ourlet avant permettent de couvrir le ventre pile comme il faut. Ce patron est aussi une très bonne base si l’on veut modifier d’autres modèles de t-shirts car je pense que cette technique de fronces peut facilement être appliquée à d’autres modèles et notamment à un body.

Mes tops Ludmilla

Les deux tops Ludmilla de Maison Fauve que j’avais cousus l’hiver dernier se sont également révélés être de bons basiques confortables. Comme pour mes bodys, si j’ai pu porter ces tops assez longtemps et sans modification, c’est avant tout grâce à l’élasticité de la matière utilisée. En effet, je les avais tous les deux cousus dans une maille côtelée en tencel provenant de chez Meter Meter, assez molle et très extensible autant en largeur que dans la hauteur. Cette matière toute douce est un vrai plaisir à porter et s’adapte donc parfaitement à l’évolution du corps.

Autour du 6ème ou du 7ème mois, mes deux tops Ludmilla sont néanmoins devenus un peu courts pour couvrir entièrement mon ventre et j’ai décidé d’en coudre un nouveau dans la même maille côtelée et de l’allonger simplement de 8 cm. En fin de grossesse, il est encore idéal à porter.

Les chemises et les blouses

Du côté des chemises et des blouses, on pense bien sûr immédiatement aux coupes amples mais aussi à tous les modèles comprenant une basque qui garantissent généralement une ampleur suffisante pour abriter le ventre rond. Il existe de nombreux modèles de blouses à basque chez différents créateurs, on peut donc facilement trouver son bonheur. C’est également une modification assez facile à réaliser puisqu’il suffit de couper le buste sous la poitrine et de greffer deux panneaux de tissus froncés, en prévoyant assez de longueur pour le ventre qui va soulever de plus en plus le tissu de la basque.

De mon côté, j’ai beaucoup porté ma chemise Azur en tencel, dont l’ampleur et la souplesse du tissu m’ont permis d’être confortable jusqu’à 6 mois de grossesse. Au-delà, les boutons situés au niveau du ventre ont commencé à être un peu trop tendus et le rendu plutôt disgracieux. Cependant, j’aurais tout-à-fait pu continuer à la porter ouverte, comme une sur-chemise sur un t-shirt ou un débardeur.

Les blouses à basque présentes dans mon dressing sont relativement courtes (elles arrivent normalement sur le haut des hanches), je devais donc les porter obligatoirement avec un body ou un débardeur fin pour que mon ventre ne se retrouve pas à l’air. Et, à la fin de la grossesse, la basque était tant relevée que, pour des raisons esthétiques, j’ai fini par les laisser au placard. Celle que j’ai le plus portée est sans doute ma blouse Eugénie d’Atelier Scammit qui était plus longue que les autres et dans laquelle je me suis sentie à l’aise assez longtemps.

La blouse que j’ai le plus portée est sans doute la blouse Louise Mum d’Ikatee. En effet, l’ampleur de ce modèle et sa longueur suffisamment importante m’ont permis d’en profiter jusqu’à la fin et le confort était vraiment au rendez-vous. Je ne peux que vous conseiller la couture de cette blouse si elle vous plaît car elle est aussi belle portée enceinte ou non.

Les robes

Du côté des robes, il a fallu rapidement que je revois mon dressing car la plupart des modèles qui composaient mon armoire étaient cintrés à la taille et je n’ai rapidement plus pu les porter. Il n’y avait que ma robe Myosotis de Deer and Doe que j’ai pu porter jusqu’à mon 6ème mois de grossesse grâce à sa ligne de taille suffisamment haute et à sa jupe froncée.

Or, si je porte déjà beaucoup de robes en temps normal, avec la grossesse c’est devenu le vêtement confortable par excellence. C’est donc la partie de mon dressing que j’ai le plus agrandi : j’ai en effet cousu trois robes pour lesquelles j’ai écrit à chaque fois un article détaillé sur mon blog. Je me suis donc tournée vers des modèles amples, non conçus pour la grossesse, mais comportant suffisamment d’ampleur pour abriter mon ventre rond et que je pourrais porter par la suite sans modifications.

La robe Emma de Clématisse Pattern

J’ai commencé par la robe Emma de Clématisse Pattern que j’ai largement modifiée pour ne conserver que la forme générale du corsage auquel j’ai simplement ajouté deux panneaux froncés pour obtenir la jupe. Vous trouverez tous les détails des modifications dans l’article correspondant mais, en termes de style, il s’agit de ma robe préférée. Cousue pour mon 6ème mois de grossesse, je l’ai portée énormément depuis et elle me va toujours très bien, sa longueur commence simplement à être un peu courte sur l’avant.

La robe Mira de Fibremood

La seconde robe que j’ai cousue est l’incontournable Mira de Fibremood dont l’ampleur sied à merveille à toute grossesse. Réalisée en taille 38 en me fiant uniquement à mon tour de poitrine et sans modifications, c’est une robe vraiment confortable, celle dans laquelle on se sent tout simplement bien. Le seul petit élément à prendre en compte est sa longueur relativement courte : avec le ventre qui soulève de plus en plus la robe elle peut rapidement devenir trop courte pour les plus grandes.

La robe Aubépine de Deer and Doe

Enfin, j’ai réalisé la robe Aubépine de Deer and Doe que j’avais repérée bien avant d’être enceinte mais dont la taille empire convient parfaitement à un ventre de grossesse. Petits plis religieuses sur le corsage et les manches, lien resserré à la taille et entièrement doublée, cette robe est pleine de jolis détails comme sait si bien le faire Deer and Doe et j’ai adoré la coudre. A quelques jours du terme, elle me va encore parfaitement et je trouve qu’en plus d’être particulièrement confortable, elle est vraiment seyante.

Je suis donc heureuse d’avoir réussi à composer au maximum avec ce que j’avais déjà dans mon dressing et à adapter au mieux ma garde-robe tout au long de la grossesse. J’ai cependant pris beaucoup de plaisir à réaliser de nouvelles robes car c’est une pièce que j’adore coudre et même si d’ordinaire je ne suis pas adepte de ces coupes amples, je pense les reporter facilement après bébé.

J’espère dans tous les cas que mon retour d’expérience vous sera utile et je serais ravie de découvrir quels ont été vos modèles préférés durant votre grossesse.

2 commentaires pour “Ma garde-robe de grossesse

  1. Merci pour ce post, hyper complet, tu me donne envie de me faire un top Ludmilla, j’avais un Jersey pas adapté pour mon 1er essai et j’ai pas retenté. De mon côté j’ai cousu une givre, une blouse virevolte que j’ai peu porté pour l’instant, un dressed le pantalon modifié que je pourrais reprendre après la grossesse, et surtout une robe Billie de Tilly and the buttons qui est trop confortable.

    1. Merci pour ton super retour. Je crois que le modèle Givre est vraiment un incontournable, on peut le décliner dans de nombreuses versions basiques. J’avais aussi repéré la blouse Virevolte d’Atelier Scammit et d’autres jolis modèles un peu amples qu’elle propose mais finalement je n’ai pas eu le temps de les coudre… Et c’est super si tu as réussi à bien modifier le pantalon Dressed, il doit être super confortable !
      Je te souhaite une très belle grossesse,
      Amandine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut