Une robe pour l’automne

Je reviens aujourd’hui avec un projet de robe d’automne entièrement modifiée pour convenir à mon ventre qui pousse et lui laisser la place de s’épanouir encore quelques mois. En effet, celles qui me suivent sur Instagram l’auront découvert il y a quelques jours, je suis enceinte d’une petite fille qui devrait pointer le bout de son nez dans à peine trois mois. Cela fait donc quelques mois que je repense ma garde-robe différemment, essayant de concilier ce que j’aime porter, la volonté de coudre des vêtements qui m’iront même après la grossesse et le confort du quotidien. L’idée est donc pour moi de trouver le meilleur compromis entre tous ces aspects pour continuer de créer ma garde-robe de la manière la plus durable possible.

Ayant de nombreuses robes cintrées au niveau de la taille, je me suis rapidement rendue compte que je ne pourrais plus les porter passés quelques mois, alors qu’il s’agit de l’un des vêtements que je préfère porter à cette saison avec une veste ou sous un beau gilet en laine. Il me fallait donc impérativement de nouvelles robes.

Pour cette première robe, je suis partie du patron de robe Emma de Clématisse patterns. Cette robe me plaisait depuis longtemps, je lui trouvais un air chic et rétro à la fois avec son devant boutonné à brides, ses manches larges et froncées, son col à froufrou et sa longueur midi. Mais, sa coupe ne convenant pas vraiment à mes nouvelles formes, je l’ai donc largement modifiée pour la transformer en petite robe bohème tout en gardant certaines de ses caractéristiques essentielles. Côté tissu, j’avais acheté cette viscose fleurie chez Pretty Mercerie cet été et, n’ayant pas trouvé le temps de coudre une robe d’été, j’ai pensé que ses couleurs s’accorderaient à merveille à l’automne. Elle est cependant un peu fine pour la saison et légèrement transparente. Les jours de froid, je la porte donc avec un fond de robe.

Les modifications principales

Les modifications de cette robe se sont donc principalement portées sur le buste afin de supprimer la ceinture et son effet cintré et de remplacer la partie jupe par une basque froncée pour créer l’ampleur nécessaire pour le ventre. Il s’agit d’ailleurs d’une modification très courante lorsque l’on souhaite adapter une robe et la rendre compatible pour une grossesse : on coupe la partie buste sous la poitrine et on coud une basque froncée qui s’adaptera ainsi facilement à l’évolution du corps.

Je suis donc partie sur ma taille poitrine, la taille 38, pour couper le buste et les manches. J’ai repris les côtés du dos et des demi-devants en les traçant parallèles au droit-fil et en mesurant 16 cm de hauteur sous l’emmanchure, marges de couture incluses. J’ai ensuite retracé la ligne de taille perpendiculaire au droit-fil afin de raccorder la basque facilement par la suite.

Pour la partie jupe, j’ai simplement coupé deux rectangles de 54 cm de haut par 87 cm de large que j’ai froncés avant de les coudre au buste. Rien de compliqué, l’intérêt de la robe résidant surtout dans les jolis détails de son haut.

Petites modifications et jolies finitions

Pour une question de goût j’ai également modifié quelques légers détails :

  • les brides : au lieu des brides élastiques conseillées dans la patron, je souhaitais réaliser les brides à boutons dans mon tissu principal. J’ai donc coupé une bande de tissu dans le biais que j’ai pliée en deux et cousue à 4-5 mm avant de la retourner et de coudre mes brides au niveau des repères indiqués.
  • la patte de boutonnage : j’avais envie d’affiner la largeur de la patte de boutonnage sur laquelle sont cousus les boutons. J’ai donc tout simplement enlevé un peu de largeur de tissu sur le devant gauche pour qu’une fois repliée, la patte ne mesure plus que 1,5 cm de large.
  • le col : j’aime beaucoup les cols à froufrou mais ceux-ci ne me vont pas toujours. Sur les photos, le col de la robe Emma me semblait un peu grand et je craignais qu’il ne remonte trop haut dans le cou. J’ai donc simplement diminué la hauteur du pied de col et celle du froufrou de quelques millimètres en prenant modèle sur ma chemise Azur que j’adore. Cela ne représente pas grand chose mais correspond vraiment à ce que j’aime.
  • les manches : enfin, si j’ai gardé la forme des manches comme elles sont dessinées dans la patron, j’ai décidé au dernier moment de resserrer les bas de manches à l’aide d’un élastique de 1 cm que j’ai simplement inséré dans une coulisse pour les froncer.

Enfin, je voulais terminer cet article en vous indiquant les jolies finitions que j’ai réalisées. Depuis que j’ai regardé le cours de Marie-Laure sur les finitions et techniques haute-couture sur Artesane, je prends plaisir à modifier quelques finitions pour le plaisir de soigner des détails choisis. Pour ma robe Emma, j’ai par exemple décidé de fixer l’intérieur de mon pied de col ainsi que les pattes de boutonnage par une couture invisible à la main. Ainsi, il n’y a aucune surpiqûre apparente sur l’endroit de ma robe et l’envers est tout aussi soigné. J’ai également réalisé un ourlet mouchoir au bas de la robe pour plus de finesse car j’adore le rendu de cet ourlet.

Pour conclure, je suis vraiment contente de cette robe à l’esprit bohème et de ses petits détails qui lui donnent tout son charme. Elle comporte encore suffisamment d’ampleur pour que je la porte ces prochains mois et j’espère qu’elle m’accompagnera jusqu’au bout de la grossesse. Pour l’après, je verrai si elle me plaît toujours ainsi et je reprendrai au besoin les côtés au niveau de la ligne de taille pour l’affiner un peu. Je n’exclus pas de recoudre la robe Emma dans sa version initiale lorsque cela sera possible car j’aime aussi beaucoup le modèle original.

Un commentaire pour “Une robe pour l’automne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut