Aubépine, ma dernière robe d’hiver

Pour clore la saison des robes d’hiver compatibles avec un ventre bien rond, j’ai souhaité réaliser la robe Aubépine, un modèle joliment travaillé par Deer and Doe, que j’avais repérée bien avant d’être enceinte mais dont la forme empire m’a confortée dans mon envie de la réaliser cet hiver. J’avais également lu l’article de Mathilde sur son blog Félicie à Paris, qui avait justement cousu cette robe lors de sa grossesse et qui vantait les atouts de ce modèle.

Le modèle Aubépine

Aubépine est un modèle de robe aux jolis détails et aux belles finitions, comme sait si bien le faire Deer and Doe. Robe courte à la taille empire, ce qui fait l’originalité d’Aubépine est son corsage qui comporte trois plis religieuses qui se poursuivent sur les manches. Sa jupe est évasée et comporte également huit plis creux qui lui apportent une belle ampleur et sa taille s’adapte au mieux grâce au lien passé dans une coulisse. Elle possède aussi des poches qui sont prises dans les coutures de côté de la jupe. Enfin, pour de jolies finitions, la robe est entièrement doublée et permet ainsi d’utiliser des tissus fins sans risquer d’avoir froid, même en plein hiver.

La robe comporte donc quelques points techniques – les plis religieuses et la présence d’une doublure – et n’est donc pas des plus rapides à réaliser mais, avec les explications claires et précises de la marque, tout s’emboîte et s’enchaîne à merveille. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à coudre ce modèle et à soigner ses détails.

Seul petit bémol (et sauf erreur de ma part), il me semble que le métrage de doublure n’est pas indiqué dans le patron. J’ai ainsi pu caser la partie doublure du corsage dans mon coupon mais pas la jupe pour laquelle j’ai racheté un peu plus d’un mètre de tissu.

Le crêpe noir Atelier Brunette

Pour le tissu, je me suis d’ailleurs tournée vers un basique : le crêpe de viscose noir chez Atelier Brunette. Il manquait justement une petite robe noire à ma garde-robe d’hiver et je me suis dit que l’uni irait bien à ce modèle pour faire ressortir ses jolis détails. Le noir donne également un côté habillé à la robe que j’aime beaucoup.

Enfin, la fluidité du tissu s’est associé parfaitement au modèle et notamment à l’ampleur de la jupe, lui permettant de tomber joliment. La finesse de ce tissu m’a également permis de doubler entièrement ma robe dans le même tissu et, si je trouve qu’habituellement le crêpe Atelier Brunette se froisse rapidement, le fait de le doubler atténue largement cet effet.

Le choix de la taille

Côté taille, je suis partie sur mes mensurations d’avant grossesse pour être sûre de pouvoir la reporter l’hiver prochain. Je suis donc partie sur une taille 38 au niveau de la poitrine et des manches et j’ai gradée en 40 pour la taille et la jupe. J’ai simplement vérifié dans le tableau des mesures du vêtement fini que mes hanches et mon ventre passeraient avant de me lancer. La longueur de la robe est aussi idéale car elle m’arrive juste au-dessus du genou, ainsi elle ne se soulève pas trop sur l’avant avec mon ventre. Côté finitions, j’ai d’ailleurs fini le bas de jupe par un ourlet mouchoir, idéal pour les tissus fluides.

Après coup, je me dis qu’une taille 40 à la poitrine aurait donné un peu plus d’ampleur et de blousant au corsage qui serait peut-être mieux tombé mais je suis tout de même très contente du rendu de la robe. Les photos de l’article ont d’ailleurs été prises moins de deux semaines avant mon terme et la robe est toujours aussi confortable à porter.

En résumé…

J’ai cousu la robe Aubépine de Deer and Doe en taille 38 pour les manches et la poitrine, gradée en 40 au niveau de la taille et des hanches. Je n’ai apporté aucune modification au modèle qui tombe très bien ainsi. J’ai utilisé le crêpe de viscose noir Atelier Brunette pour la robe et sa doublure et il m’a fallu environ 3,60 mètres de tissu, j’ai également acheté du biais assorti tout prêt pour le lien dans la coulisse de la taille.

Je suis donc vraiment contente de cette robe dont la coupe s’allie parfaitement avec mon ventre rond, on trouve d’ailleurs de nombreuses versions sur Instagram cousues lors d’une grossesse. Mon seul regret est de ne l’avoir pas cousue plus tôt pour en profiter pleinement dès l’automne car, en plus d’être confortable, je la trouve vraiment seyante. J’espère en tout cas pouvoir la reporter facilement l’hiver prochain avec d’autres formes !

2 commentaires pour “Aubépine, ma dernière robe d’hiver

    1. Merci beaucoup pour ton gentil message. Je te conseille vraiment cette robe, c’est un plaisir autant à coudre qu’à porter. Je pense que la jupe se passera très bien de doublure. Pour le buste, il faudra quand même coudre une bande à la taille pour créer la coulisse du lien et finir l’encolure soit par un biais soit par une parementure ou alors utiliser un tissu très fin pour doubler uniquement le corsage sans créer trop d’épaisseur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut